Le Couleur prend de l'altitude


14 octobre 2020

Après "Pop", et "Origami", "Concorde" est le troisième album du trio pop francophone Le Couleur.

Lorsque la musique réconcillie le Golden Age et le 21 ème siècle, on entre dans l'univers FG Chic.

C'est parfaitement le cas ici avec ce brilliant album qui ouvre une vision rétro futuriste du son 

des trente glorieuses.

Concorde.jpeg (53 KB)

Au fil de dix chansons, le groupe montréalais, dirigé par la chanteuse Laurence Giroux-Do,

emmène l'auditeur dans un voyage doux et synthétisé de disco et de funk à travers une lentille du 21e siècle.

Le ton général du disque est celui d'un disque électro-funk classique de la fin des années 70,

avec des voix plus disco, filtrées à travers une esthétique vaporwave et synth pop 2020 qui s'avère un point

de croisement très efficace entre deux époques.

Une grande partie de l'album présente des lignes de basse puissantes et percutantes de style funk

sous des synthés chatoyants, techniques de son, effets du 21ème siècle, qui construisent l'espace

dans lequel les instruments jouent.

Un bon exemple peut être entendu sur le titre, «Silenzio».

Le groupe explore également plusieurs autres thèmes sur Concorde, touchant une influence

plus progressive ou psychédélique sur le morceau d'ouverture, «Désert», qui se décompose

dans sa seconde moitié en une section jazzy et space, qui évoque de forts souvenirs de Pink Floyd.

«Comme Une Fin Du Monde» est un autre morceau hors du commun.

Cette chanson est construite sur une mélodie de piano simple, en écho, tandis que Giroux-Do,

et ses compagnons de groupe, guident doucement et hypnotiquement la chanson avec leur voix.

Sur "Concorde", Le Couleur a atteint l'objectif souvent difficile à obtenir : faire de l'avant gardisme

tout en ne blasphémant pas l'immense héritage des plus grands producteurs et musiciens.