Mr. INVOKE IT AND A FLOWER SHALL BLOSSOM


05 février 2024

Le Coup de Cœur de DJ G.WEN : Mr. INVOKE IT AND A FLOWER SHALL BLOSSOM

Galerie Perrotin

20 janvier — 2 mars 2024 

exposition-mr-galerie-perrotin-vue-in-situ.heic-1600x0.jpg (479 KB)

Crédit Photo Galerie Perrotin

La galerie Perrotin est heureuse de présenter Invoke It and a Flower Shall Blossom, la huitième exposition de Mr. à la galerie et la quatrième à Paris. Pour cette nouvelle exposition, l’artiste dévoile une nouvelle série de peintures et de shaped canvas ainsi que deux sculptures et un ensemble d’oeuvres sur papier. Pour un public français, l’œuvre de Mr. est étrangement familière. Chez l’artiste japonais, se remixe à foison une imagerie devenue presque omniprésente : celle des films d’animation (anime), du jeux vidéo et des mangas qui irriguent les cultures adolescentes depuis les années 1980, à part presque égale avec les productions étasuniennes. Son impact visuel en Europe est lui-même un vieil héritage. Il reconduit en quelque sorte le choc produit dans la seconde moitié du XIXe siècle par la découverte de l’ukiyo-e (« monde flottant »), dont on sait le rôle décisif dans l’avènement de la Modernité. Pour toute une frange de l’art contemporain japonais, ces esthétiques ne sont d’ailleurs pas séparées par une frontière étanche. Tout au contraire elles se combinent, et c’est de leur interpénétration qu’est né dans les années 1990 le mouvement Superflat. Selon Takashi Murakami, qui en est tout à la fois le théoricien et le premier représentant, celui-ci ne se résume pas à la description d’un « pop art » japonais dopé à l’industrie du divertissement. Tout en affirmant la légitimité des esthétiques propres aux cultures adolescentes, le Superflat assume l’héritage des maîtres anciens de la peinture et de l'iconographie bouddhique, à commencer par la bidimensionnalité. Dans la continuité de Takashi Murakami dont il fut l’assistant, Mr. s’est fait plus spécifiquement l’ambassadeur de l’Otaku. Au Japon, ce terme désigne l’enfermement obsessionnel, principalement en ligne, dans les jeux vidéo et les anime. Il pourrait se traduire par « geek » ou «nerd», avec la même nuance dépréciative. Dans l’étendue des médiums travaillés par l’artiste - peinture, aquarelle, sculpture, installation, film, photographie… - on repère une série d’invariants qui le rangent du côté des esthétiques populaires japonaises contemporaines. Le plus souvent, ses œuvres sont des portraits d’adolescentes. Celles-ci ont les traits génériques des personnages qui peuplent les films d’animation : leurs yeux immenses sont soulignés de rose, leur nez discrètement retroussé se dérobe jusqu’à disparaître, leur bouche est mobile, tantôt fermée, tantôt béante, et leur mise avantageuse oscille de l’uniforme d’écolière à la gamme bariolée des extravagances Kawaii. Presque invariablement, elles occupent le centre de compositions où s’accumulent figures pixellisées de jeux vidéos, objets de consommation courante, typographies latines et sino-japonaises… Derrière l'ambiguïté qu’elles recèlent, et sur laquelle nous reviendrons, ces nymphettes figurent pour un regard européen autant d’emblèmes du soft power japonais.  

40745.jpg (121 KB)

Crédit Photo Galerie Perrotin

40746.jpg (775 KB)

 Crédit Photo Galerie Perrotin

40747.jpg (260 KB)

Crédit Photo Galerie Perrotin

https://leaflet.perrotin.com/fr/view/696/invoke-it-and-a-flower-shall-blossom